La ruée vers l'art contemporain

L'air des faces: voici de l'or, cachons !

Républicain Lorrain du dimanche 21 décembre 2003 (L'art de tirer)

CULTURE----- expo à domicile

La ville n'a pas encore son centre Pompidou, mais il est sûr que l'art contemporain intéresse les Messins. Cinq jeunes créateurs locaux exposent, aujourd'hui encore, dans un appartement. L'art, du salon à la chambre à coucher.

Dring. Dring. La sonnette ne cesse deretentir au N° 7 de la rue de la Garde. Quand ce n'est pas le téléphone! Maria di Blaisi accueille des amis, mais aussi des inconnus intéressés par la création contemporaine.

Maria vit avec Manolo Canton, un créateur de meubles hors du commun. Elle a eu l'idée de réunir quatre autres jeunes artistes pour une expo à domicile. Un concept novateur et qui plaît bien. Théophile, 4 ans, est subjugué par le lit haut sur pattes, aux formes tourmentées, presque animales. "Il est super", dit-il en torturant son "Action-Man" une poupée-soldat pour garçon. Sa maman Carine apprécie également le bureau en "médium" découpé et laqué sorti de l'imagination de Manolo. "Si vous le voulez, il est à vendre", insiste Marie. "Même le lit! On se contentera du confort un peu plus précaire du canapé!"

Casquette de marin et barbe blanche, Daniel aime les marqueteries en verre de Youssef Saoudi. "On dirait des vitraux, de la mosaïque ancienne. C'est du beau boulot."

André et Marie, la trentaine, sont intéressés par les figures en papier mâché de Virginie Borace, même s'il sont plutôt venus pour les personnages métalliques de Christian Gori. "J'aime le langage du métal" dit cet homme élevé dans la culture sidérurgique.

Daniel Trento, couturier-costumier n'a pas pu se libérer, mais il a délégué Muriel qui porte une de ses créations. "Vraiment superbe", lâche Dominique, venu avec un appareil photo en bandoulière.

Ça resonne. Arrive Charlie Beiss qui connaît cette nouvelle approche de l'art à domicile. "Chez moi, 19, rue Gisors, on joue du théâtre. Aujourd'hui et demain, dans mon salon, c'est La noce chez les petits bourgeois." Vincent Hofmann, un peintre messin vient également rendre une visite de courtoisie.

Deux étages, cela n'arrête pas Marie, 91 ans, venue spécialement du Sablon. "J'ai toujours aimé la création contemporaine, dit cette octogénaire (sic) encore très jeune d'esprit et d'apparence. J'ai acheté des petits trésors aux puces qui maintenant valent des fortunes" dit-elle avec plaisir. "La jeunesse est toujours pleine de talent et je n'hésite pas à me déplacer pour venir admirer des expositions. Celle-ci, dans un appartement est vraiment originale."

La conclusion reviendra à Christian Gori: "Dans une ville qui se veut ouverte à l'art contemporain, pourquoi ne trouve-t-on pas d'espaces ouverts aux jeunes créateurs. Peut-être au futur Centre Pompidou-Metz?"

Jacky Denger (Républicain Lorrain du dimanche 21 décembre 2003)


L'art jusque dans la chambre à coucher

(Républicain Lorrain 20 décembre 2003)

On y observe surtout l'art déco : cas de Manolo, et l'art du sophisme de Maria.

Difficile quand on est un jeune créateur de trouver un local pour présenter ses oeuvres. Un couple de Messins a résolu le problème: exposer dans... son salon, sa cuisine et même dans la chambre à coucher. Visite gratuite ce week-end. Le pot de l'amitié en prime.

L'immeuble date du XIXeme siècle. Au N° 7 rue de la Garde. Le couloir est revêtu de frisettes de sapin et les marches de l'escalier d'un simple linoléum. Classique. On sonne au 2ème étage chez Maria Di Blasi et Manolo Canton. Et là, c'est le choc. L'appartement est converti en véritable galerie d'art. Portes et murs ont été très savamment patinés par Manolo. Dans toutes les pièces, des créations de jeunes artistes contemporains et messins. Rien n'est statique. Tout est vivant, coloré. Meubles et objets sont bien à leur place.

Un "arbre à manteaux en bois" découpé et peint par Manolo sert de vestiaire à côté d'une armoire... à amants représentés par quatre têtes en papier mâché de Virginie Borace. Dans la cuisine, un tableau en relief de la même artiste ornée d'une tête de cochon rigolote sert à masquer le chauffe-eau. Un peu partout, des marqueteries de verre de Youssef Saoudi, déclinées en paravents, table basse et miroirs qui reflètent la parfaite maîtrise de cet artiste. Ça et là, des bonshommes métalliques, les "Humanaciers", de Christian Gori qui donne un ressort nouveau à des pièces d'acier, goupilles, engrenages et boulons.

Même le lit, dans la chambre à coucher, est une création originale de Manolo. Une forme mouvementée, un sommier à plus d'un mètre du sol pour cet objet baptisé "La princesse au petit pois" qui donne la réplique à une table de salon toute bleue nommée "Bout d'océan sur pilotis". Des mannequins sans tête s'habillent de superbes robes très théâtrales créées par le styliste Daniel Trento.

En maîtresse de maison

Petit bout de femme, Maria di Blasi règne dans ces 80 mètres carrés en véritable maîtresse de maison. C'est elle qui a eu l'idée de convertir son appartement en galerie d'art. "Les jeunes créateurs n'arrivent pas à exposer dans des galeries. Alors rêver d'être un jour dans un musée...!" Assistante du directeur du Théâtre du Saulcy, la jeune femme qui vit déjà dans les meubles de son compagnon, a pensé qu'il serait intéressant de mieux faire connaître les créations ingénieuses et colorées de Manolo en les faisant visiter en situation. Et pour compléter la décoration, le couple a fait appel à quatre autres créateurs contemporains messins qui eux aussi "rament" un peu pour se faire mieux connaître et reconnaître. "Pas évident de se faire un nom. Et encore moins d'arriver à vivre de son art", dit Manolo. En se regroupant avec quatre artisans-artistes, l'appartement de Maria est devenu provisoirement une véritable galerie baptisée "Pièces à convictions.". Pour vous convaincre que ces jeunes ont du talent à revendre, ils vous invitent, samedi et dimanche de 14 à 19h, à les rencontrer lors de la visite de l'appartement de Marie et Manolo. Si vous craquez, vous pouvez même repartir avec une pièce du mobilier ou de la déco. L'entrée est libre et la maîtresse de maison vous offrira café et gâteaux au début de l'après-midi, apéro et saucisson le soir.

Jacky Denger (Républicain Lorrain 20 décembre 2003)